mercredi 23 novembre 2011

Celui qui marche

Source: http://olivierlemire.wordpress.com/

Si on demande à Olivier Lemire sa profession, il vous répondra "marcheur". Profession peu habituelle vous allez me dire, et oui, c'est aussi ce que j'ai pensé lorsque j'ai entendu une émission sur la RSR (Radio Suisse Romande) où il était invité pour parler de la sortie de son dernier livre "Mercantour, l'esprit des lieux".
Au volant de ma voiture, je suis tombée par hasard et sous le charme de cet homme, qui m'emporta dans son histoire de marcheur philosophique.
Complétement charmée par sa démarche, son histoire intéressante et poétique, j'avais envie de vous en parler...

Source: http://olivierlemire.wordpress.com/

Olivier Lemire est un bel homme de 52 ans, moitié suisse, moitié français.
Dans une ancienne vie, il était consultant en communication dans une des plus grande agence de design de Paris, à côté, il est passionné depuis sa tendre enfance par la géographie et les balades.
En 1993, lors d'un aller-retour en avion, entre Paris et la Côte d'Azur, où il va visiter son père malade, il repère un petit village abandonné, dans le Mercantour. Il se rend sur place et là coup de foudre, il y achète une maison, démissionne de son travail et quitte Paris. Il consacre deux ans à retaper sa maison, à découvrir sa nouvelle vie, à vivoter. Un jour, ne vivant pas d'amour et d'eau fraîche, il décide de revenir à la vie parisienne, mais décidément cette vie n'est pas pour lui. Il est désormais loin de cet univers urbain et superficiel.
Il rentre donc dans le Mercantour et trouve un poste dans une société qui s'occupe de trains touristiques.
A côté de cet emploi, il passe son temps à marcher, à parcourir les chemins de France, et il se rend compte que ses nombreuses balades lui ouvrent une réflexion sur son propre cheminement. ll réalise qu'il cherche sa route.
C'est alors qu'il décide de changer de vie, et de se consacrer entièrement à sa passion, la marche. Pour rendre possible "ce rêve", il imagine une opération "marketing". Lors de ses nombreuses balades, il est souvent frappé par les noms de lieux-dits,  ayant un sens (toponymie= science qui étudie les noms de lieux).
A l'aide de Google Earth, il découvre un lieu nommé "La Vie" (dans la Creuse) et un autre appelé "La Mort", dans le Doubs. Il trace alors un itinéraire et rejoint à pied les 450 km. qui séparent ces deux lieux. Pour seul compagnon de route, un appareil photo avec lequel il immortalise les gens, les lieux, les paysages qui croisent son chemin.

Source: http://olivierlemire.wordpress.com/page/5/

Piégé en quelque sorte par son propre jeu (son envie de changer de vie en menant un opération "marketing"), il revient de cette première longue balade philosophique, avec une envie profonde d'humanité, de réflexion et avec «l'idée, de faire correspondre les chemins pédestres que j'emprunte, avec le cheminement de la vie» explique-t-il.
Il prend donc une année sabbatique, et enchaîne des marches entre des lieux aux noms évocateurs, comme d' "Enfer" à "Paradis", de "Haine" à "Amour", de "Désepoir" à "Espoir", ... Plus de 2500 kilomètres parcourus! A ce retour, il sort un livre "Celui qui marche" (livre épuisé) et quitte définitivement son travail.
Depuis ce jour, il marche et marche...

Waow! Moi, je suis amoureuse et encore plus depuis que je l'ai vu en photo et que j'ai découvert les clichés pris lors de ses marches!!! ;-)
D'ailleurs, je vous conseille d'aller faire un tour sur son photoblog, où ses photos sont juste merveilleuses: http://olivierlemire.wordpress.com/ et son blog.

Pour ceux et celles qui sont intéressés à écouter l'émission où j'ai découvert ce type, ça se passe ici.

3 commentaires:

  1. Merci pour cette excellente découverte !

    RépondreSupprimer
  2. Ça doit être un mec extraordinaire car moi aussi j'en suis tombée amoureuse au seul son de sa voix et en écoutant son histoire. Un vrai sex symbol, il suffit de voir les comments sur son site.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord, un vrai sex symbol! Ah lalala! ;-)

      Supprimer