mercredi 18 avril 2012

Là où les enfants dorment

"Where Children Sleep" est un livre du photographe James Mollison, qui réunit plusieurs photos d' enfants et de leurs chambres aux quatre coins du mondes, des plus pauvres aux plus riches.
Des photos chocs qui résument à elles seules la situation dans le monde, des conditions de vie extrêmes.
A travers ces photos, il tient surtout à pointer les inégalités.


Indira, 7 ans, vit avec ses parents, ses frères et sœurs près de Katmandou au Népal. Sa maison n’a qu’une seule chambre, avec un lit et un matelas. Au coucher, les enfants disposent les matelas sur le sol. Indira travaille à la carrière de granit locale depuis qu’elle a trois ans, six heures par jour et puis aide sa mère aux tâches ménagères.
La famille est très pauvre et tout le monde doit travailler.
Il y a 150 autres enfants qui travaillent à la carrière.
Elle va aussi à l’école à 30 minutes à pied.
Sa nourriture préférée est les nouilles.
Elle aimerait devenir danseuse.



Kaya, 4 ans, vit avec ses parents dans un petit appartement à Tokyo, au Japon. Sa chambre est tapissée du sol au plafond par des vêtements et des poupées.
La mère de Kaya fait toutes ses robes – Kaya a 30 robes et des manteaux, 30 paires de chaussures et de nombreuses perruques. Quand elle va à l’école, elle doit porter un uniforme scolaire.
Ses aliments préférés sont la viande, les pommes de terre, les fraises et les pêches. 
Elle veut être un dessinatrice quand elle sera grande, des bandes dessinées de “Mangas” japonais. "



Bilal, 6 ans est un petit garçon bédouin arabe palestinien vivant à Wadi Abu Hindi, en Cisjordanie.
Sa famille et lui vivent dans une "cabane" d'une seule pièce qu'ils ont construit eux-mêmes. Le gouvernement israélien a le contrôle sur cette zone et il a détruit leur première maison car ils n'avaient pas l'autorisation de construire là. Ils vivent dans la peur qu'il n'arrive la même chose à leur seconde maison.
Durant l'été, la famille dort dehors sur un tapis. L'hiver, ils dorment à l'intérieur.
Traditionnellement, les bédouins sont un peuple nomade, mais beaucoup ont été obligé de devenir sédentaires à cause des restrictions israéliennes qui empêchent les voyages nomades.
Leur nourriture est constituée la plupart du temps de riz et de yogourt.
La famille de Bilal a 15 chèvres, elle utilise leur lait pour faire du yogourt.
Une fois par semaine, ils mangent de la viande avec du riz. L'eau est apportée par camion, et ils n'ont le droit qu'à deux litres par jour et par famille.
Bilal ne va pas à l'école pour le moment, il s'occupe avec son père des chèvres.



Nantio, 15 ans, est membre de la tribu Rendille au nord du Kenya.
Elle a deux frères et deux sœurs.
Sa maison est une tente en forme de dôme faite de peaux de bovins et de plastique, avec peu de place pour le repos.
Il y a un feu au centre, autour duquel la famille se place pour dormir.
Les tâches de Nantio incluent la garde des chèvres, fendre du bois et la corvée d’eau.
Elle est allée à l’école du village pendant quelques années mais a décidé de ne pas poursuivre.
Nantio espère qu’un Moran (guerrier) va la choisir pour le mariage.
Elle a un petit ami maintenant, mais il n’est pas rare pour une femme Rendille d’avoir plusieurs petits amis avant le mariage.
Tout d’abord, elle aura à subir une excision, comme c’est la coutume.



Jasmine («Jazzy»), 4 ans, vit dans une grande maison dans le Kentucky (Etats-Unis) avec ses parents et 3 frères.
Sa maison est à la campagne, entourée de terres agricoles.
Sa chambre est pleine de couronnes et écharpes qu’elle a gagnées dans des concours de beauté.
Elle a participé à plus de 100 compétitions.
Son temps libre est consacré aux répétitions, tous les jours avec un entraîneur.
Jazzy voudrait être une rock star.


Pour feuilleter le livre, c'est par ici.

Le site du photographe: www.jamesmollison.com

4 commentaires:

  1. J'ai vu ce reportage dans le magazine Marie-Claire il y a quelque temps, c'est très intéressant...

    RépondreSupprimer
  2. Quel reportage-photo saisissant. Merci de nous avoir fait partagé cela, c'est bouleversant.

    RépondreSupprimer
  3. Oui, je l'avais aussi découvert dans "Marie-Claire".
    Merci à toi de l'avoir lu Mademoiselle Pika!

    RépondreSupprimer
  4. bravo pour cet article très intéressant...

    RépondreSupprimer